Le trou des Escarettes

  • Charles C. - SCPA-Escandaou
  • Spéléologie

- "Papé, on va où jeudi ??"
-"On ira voir un porche repéré par les Decrech dans les falaises au dessus de Mazaugues..."
-"Ça vaut le coup ??"
-"Ben faut voir... C'est dans une falaise un peu péteuse... 🙄"
-"... péteuse comment ?? 🤔"
-"... Péteuse... "

Quand le Papé se fait énigmatique, c'est qu'il y a un coup foireux derrière... Mais bon, on ne sait rien lui refuser, on ira voir le porche du Decrech dans la falaise péteuse...

 

Hier jeudi c'était jour de spéléo du matin, il y avait foule au col du Caucadis à Mazaugues pour prendre part à cette aventure hasardeuse: le Papé, la Pétugue, Mémé-Fusée, les Decrech avec Loustic, Richard J., Serge C. et moi même.

Pour rejoindre le fameux porche perdu, il faut une joli petite trotte au dessus des falaises qui surplombent Mazaugues. Pas sûr que le Serge nous conduise par le plus court chemin, mais on ne se plaint pas: le panorama à 360° est vraiment fabuleux.

 

En route vers les Escarettes.
En route vers les Escarettes.
En route vers les Escarettes.

En route vers les Escarettes.

A l'ouest de la crête de la Petite Colle, la falaise s'incurve en un grand cirque de falaises. L'endroit est sauvage en souhait, on n'y croise que quelques chamois furtifs. Mais la paroi a un aspect bien rébarbatif: l'empilement des marno-calcaires en déliquescence ressemble à un gigantesque château de cartes qui domine un système de ravins parpineux: les Escarettes. Aucun doute, c'est là que ça se passe, et tout ça n'est pas très rassurant!

Les Escarettes et le fameux porche caché derrière un bouquet d'arbre.
Les Escarettes et le fameux porche caché derrière un bouquet d'arbre.

Les Escarettes et le fameux porche caché derrière un bouquet d'arbre.

Le Papé, en GO expérimenté, a tout prévu: perfo, goujons, sangles, dyneemas, cordes statique et dynamique, brosse à reluire, tout y est, il n'y a plus qu'à...  Mais par où attaquer ce gros tas de cailloux ? Serge C. et Richard sont partisans d'un accès par le haut: plus direct et rocher apparemment plus compact. Inconvénient: en cas de chutes de blocs, on sera dans la trajectoire.

Je préfère un accès latéral par une vire un peu foireuse. Dans ce mille-feuilles minéral, entre chaque couche de crème anglaise il y a une couche de pâte feuilletée, et quand le rocher est plus induré on peut placer quelques goujons. C'est parti pour la vire.

En rouge: les prétendants, en blanc: l'objectif à atteindre...

En rouge: les prétendants, en blanc: l'objectif à atteindre...

Pour bien faire, il faudrait purger... Mais à ce petit jeu, on en viendrait à démonter bloc par bloc toute la paroi, grotte comprise. On se contentera donc de marcher sur des oeufs...

Equipement de la vire...
Equipement de la vire...
Equipement de la vire...
Equipement de la vire...
Equipement de la vire...

Equipement de la vire...

En dessous de la vire, il reste un petit ressaut vertical avant de rejoindre un palier herbeux où s'ouvre le porche. Finalement, bonne perdante, la paroi des Escarettes se laisse dompter sans trop rechigner (et surtout sans nous faire tomber le ciel sur la tête).

Le ressaut d'accès au porche tant convoité.
Le ressaut d'accès au porche tant convoité.
Le ressaut d'accès au porche tant convoité.

Le ressaut d'accès au porche tant convoité.

A nous le trou des Escarettes !
A nous le trou des Escarettes !
A nous le trou des Escarettes !

A nous le trou des Escarettes !

Côté spéléo, le bilan est plus mitigé... Le porche se prolonge par un petit couloir encombré de blocs sur 2 petits mètres. Le fond en est occupé par une colonie de tipules peu coopératives qui ne semblent pas enclines à partager l'espace... C'est un peu maigre compte tenu de l'effort consenti.

Le Papé ne s'en laisse pas compter: de l'autre côté de l'alcôve où s'ouvre le porche, il a repéré une autre ouverture, et il s'empresse d'aller y jeter un œil. Mais de ce côté là non plus, il n'y a rien de plus à tirer.

Circulez, y a rien à voir!

Circulez, y a rien à voir!

Rien de tel que de sortir un peu de sa zone de confort pour se donner l'impression d'exister. Le Papé, quant à lui, a un petit vague à l'âme: c'est une page de tournée, encore un espoir déçu... Mais nous avons fait le job, il n'y avait décidément rien à tirer de ce tas de cailloux.

C'est fait, c'est plus à faire, et on a beau être des fainéants, des bons à rien, des invalides et des parasites de la société, on ne ferait pas ça tous les jours!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Spéléologie et Canyoning du Pays d'Aubagne - Cuges -  Hébergé par Overblog